30 juillet, 2020

Pourquoi la pandémie nous a-t-elle fait nous ruer dans les boutiques de vélos?

Depuis le début de la pandémie, les ventes de vélos sont en hausse à travers le monde. Les commerces notent une importante augmentation du nombre de nouveaux cyclistes désirant retrouver leur liberté, sortir tout en respectant la distanciation physique, ou augmenter leur activité physique pendant que les salles d’entraînement sont fermées.

Selon l’expert de l’industrie Jay Townley, les ventes de vélos n’avaient jamais autant augmenté depuis la crise pétrolière des années 1970.Les ventes de vélos électriques connaissent également une importante croissance à l’échelle mondiale, le fabricant néerlandais de vélos électriques VanMoof, vient d’enregistrer une croissance impressionnante en Allemagne (+226 %), au Royaume-Uni (+184 %), aux Pays-Bas (+140 %), aux États-Unis (+138 %) et en France (+92 %).

À vélo: une alternative plus sûre que les transports en commun?

Alors que les amateurs de cyclisme ont toujours été conscients des avantages physiques, de la facilité d’utilisation et du sens de la communauté que leur apporte le vélo, de nouvelles réalités telles que la quarantaine et la distanciation physique ont fait en sorte qu’une toute nouvelle population s’initie au vélo. Trek Bicycle a publié un récent sondage indiquant que 85 % des Américains estiment que se déplacer à vélo est une alternative plus sûre que les transports publics. Les cyclistes mettent aussi de l’avant les bénéfices directs pour la santé mentale liés à la pratique régulière du vélo. Le sondage révèle que 63 % des Américains croient que le vélo apaise leur stress pendant cette période de pandémie de COVID-19, et que 27 % des Américains possédant un vélo l’utilisent pour se déstresser.

De l’incertitude à l’explosion des ventes

Les plus petits magasins de vélos constatent également une forte augmentation de leurs ventes. Malgré l’impact de premières semaines de confinement sur les ventes en boutique, les magasins ayant pu rouvrir partiellement ou vendant en ligne ont, quant à eux, atteint des pics de ventes selon leurs propriétaires. Un commerçant à Calgary, au Canada, affirme qu’après avoir perdu 75 % de ses ventes en avril, il a atteint l’équivalent de quatre semaines de ventes en une seule semaine au mois de mai. Une autre boutique historique à Miami, avait failli fermer ses portes de façon permanente, mais l’énorme vague d’achats de vélos lui a permis de rester ouverte.

Une mode passagère ou un changement profond de la culture du transport?

Cette popularité soudaine pose la question de savoir si ce regain d’intérêt pour le vélo est une mode passagère, ou s’il nous assistons à un changement systémique plus profond dans la culture du transport. Susan Eustis, PDG de WinterGreen, indique que certains scientifiques prévoient que les risques liés à la COVID-19 subsisteront pendant les trois prochaines années, ce qui laisse entendre que la popularité du vélo à encore de belles années devant elle. Alors que nous nous adaptons à une « nouvelle normalité », les gens cherchent un moyen de transport durable leur permettant d’être à l’extérieur, de se déplacer efficacement et de rester actifs tout en respectant une distance physique.

Nous sommes témoins d’un tournant sociétal qui tend à faire du vélo une nouvelle norme. Nous sommes aussi très enthousiastes à l’idée de voir comment les villes répondront à cette communauté en croissance de cyclistes et d’amateurs de transports intelligents, en offrant, espérons-le, des options de transport plus durables (et beaucoup plus de pistes cyclables !).

Quels changements dans votre ville?

À Montréal, les étalages se vident à la vitesse grand V pendant que les heureux nouveaux propriétaires viennent grossir les rangs de la communauté de cyclistes!

:camera_with_flash: Mat Reding

Curieux à propos de la collection SmartHalo?